samedi 2 juillet 2016

Vous avez dit dispersée ?

     Mes dernières sorties prouvent que je demeure un auteur très éclectique.  Historique - Fantastique- Contemporain - Le tout alternant du récit de vieilles et sombres légendes, en passant par la romance  hétéro et gay. Oui, décidément, 2016 s'annonce sous des auspices multiples.

     Je n'ignore pas que de papillonner ainsi d'un genre à l'autre est une gageur. Mes lecteurs peuvent s'y perdre. Mais J'aime explorer les différents rivages de l'imaginaire, et je me refuse à brider ma muse.

     Certains auteurs évitent cet écueil en multipliant les pseudonymes. Je préfère conserver une bibliographie entièrement lisible sans jeu de piste, et j'avoue que je me sentirais mal à l'aise sous trop de masques. A chacun sa manière d'être, l'essentiel étant que l'on se sente bien dans celle que l'on adopte. Et à présent, un petit florilège...


"Sans répondre, le jeune homme jeta un regard morose autour de lui. Occupée en son centre par un couchage suffisamment vaste pour accueillir au moins trois personnes, la chambre était spacieuse et belle. Profitant de son retour au calme, Nanon déposa ses vêtements dans la malle ouvragée qui se trouvait au pied du lit. Sur la table, de grosses pommes rouges attendaient qu’il les croquât, des coussins garnissaient toutes les assises et un jeu de trictrac avait même été installé dans un coin. Il se serait sans doute senti comme un coq en pâte en tant qu’invité, mais sa condition différait."




"Le lendemain, je repris le chemin du temple, le cœur léger. Me débarrasser d’Émilie ne fut pas trop difficile. De son côté, elle avait également mis à profit sa liberté pour se faire de nouveaux amis, et à la façon dont elle minaudait en m’en parlant, je compris qu’elle ne tenait pas vraiment à les revoir accompagnée d’un parent. J’arguai pour ma part du désir de visiter d’autres sanctuaires. Si mon subit engouement pour les lieux spirituels la surprit, elle ne chercha pas à éclaircir ce mystère pour profiter de la tranquillité que je lui offrais.

Prétextant qu’il nous fallait trouver un point de chute facile à identifier pour nous rejoindre, je lui donnai rendez-vous devant le porche du parc où mon potier exerçait, et le tour fut joué. Notre arrangement la ravissait. Satisfaite de nous voir quitter la maison et y rentrer ensemble, madame Fujita dormait sur ses deux oreilles."
"




"Le soir, alors que la famille partageait la veillée près du feu, elle posa enfin la question qui la tracassait :

 « Dis grand-mère, le petit de Toinon va devenir un ange lui aussi ?

— Non ma mie, répliqua l’aïeule sans lâcher son rouet. Celui-là devra fuir s’il ne veut pas être rattrapé par la cohorte du Diable. »

Marie ne comprenait plus. Tous les bébés n’étaient-ils donc pas égaux au regard de Dieu ? Mais elle avait beau tendre son petit museau quémandant un complément d’explication, personne ne paraissait disposé à lui en dire davantage. Le silence pesant qui s’éternisait dans la cuisine nourrissait sa curiosité."



     Si vous êtes curieux, vous pouvez retrouvez toutes les informations concernant ces trois dernières publications sur la page de ma bibliographie.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire